Dans le Perche, ces paysans qui court-circuitent l’alimentation conventionnelle

« Midi pétantes dans le Perche Sarthois. Gilles Michaudel nous accueille pour déjeuner, en compagnie de ses woofers en résidence, de ses deux joyeux borders collies et d’un agneau affaibli qu’il nourrit au biberon depuis le décès de la mère. Sur la table ? Des produits de chez lui : cidre demi-sec en tête, mais aussi une miche de pain au levain, des fromages fermiers et une foule de crudités glanés le matin même au Chardon, magasin de producteurs bio qu’il a cofondé.« 

Reportage à retrouver en intégralité dans le Magazine Oui !

Photos : Hugo Massa

Contraste : La dualité comme identité

Dans ce restaurant de la jolie rue d’Anjou, on joue la carte du contraste à toutes les sauces : en salle d’abord, où les lustres en cristal s’acoquinent avec des suspensions rouges modernes, mais surtout dans les assiettes. Si la dualité entre le terroir des deux chefs est de mise, le contraste n’est pas ici synonyme de discorde, mais plutôt de créativité décuplée. Le breton Erwan Ledru et le catalan Kévin de Porre imaginent des plats audacieux dans un ping-pong créatif où chacun renchérit et enrichit l’idée de l’autre. Le plat signature, quintessence des deux univers: un cochon bellota assaisonné d’herbes marines de la ferme du Croisic et d’huître de Cancale, servi avec une belle purée beurrée qui met tout le monde d’accord.

Article à retrouver en intégralité sur le site d’Ecotable, un label qui identifie et valorise les restaurants écoresponsables à partir d’un cahier des charges précis et selon trois niveaux d’engagement. Il permet à toutes et tous de choisir des restaurants aux pratiques environnementales vertueuses. 

Photos : Arthur Crestani