Les Affranchis : Un vent de liberté entre Paris et l’Italie

“J’aime bien quand on ne sait pas où commence la France et où finit l’Italie, ou l’inverse, je ne sais plus”, s’amuse Enrico Bertazzo, chef originaire de Padoue et propriétaire des Affranchis. ”Je ne m’impose pas de limites. J’ai un socle de bases de cuisine française mais mon palais est quand même marqué par les goûts italiens.” Pour cet amoureux des bons produits, l’écologie doit avant tout être au service du bon goût. Il souhaite, par petits pas, cheminer vers une restauration toujours plus vertueuse. “Pendant le confinement, j’ai eu le temps de reprendre mon souffle, de réfléchir à ma démarche en pensant aux générations futures.”

Article à retrouver en intégralité sur le site d’Ecotable, un label qui identifie et valorise les restaurants écoresponsables à partir d’un cahier des charges précis et selon trois niveaux d’engagement. Il permet à toutes et tous de choisir des restaurants aux pratiques environnementales vertueuses.

Photographie : Lisa Streich.  

CoinOp Table : Paris-Taipei à pile ou face

Entre la table de jeu et la table à manger, Coin-Op propose une cuisine aussi ludique qu’asiatique. Savant mélange de saveurs taïwanaises et de produits français, Coin-Op nous fait voyager à Taipei à grand renfort de poulet croustillant et de gyoza aux légumes pliés main. Loin des légumes bouillis et du tofu fade, le savoir-faire taiwanais est mis au service d’une cuisine fusion où le végétal est maîtrisé : les légumes sont al dente et le tokan (tofu dont la consistance se situe entre le ferme et le soyeux) aux 5 parfums est sapide à souhait.

Article à retrouver en intégralité sur le site d’Ecotable, un label qui identifie et valorise les restaurants écoresponsables à partir d’un cahier des charges précis et selon trois niveaux d’engagement. Il permet à toutes et tous de choisir des restaurants aux pratiques environnementales vertueuses. 

Restaurateur.ice.s : 3 clés pour élaborer une carte saine, durable (et rentable !)

1/ Réduire l’empreinte environnementale de son assiette

  • Réduire le grammage des protéines animales et privilégier les céréales et les légumineuses
  • Viandes, poissons : faire les bons choix

2/ Choisir des produits de saison, bruts et labellisés 

  • SAISONNALITÉ : être intransigeant sur la saisonnalité des produits 
  • PRODUITS BRUTS : Faire le choix du fait maison pour maîtriser sa marge brute et éviter les additifs
  •  ORIGINE : Mettre en avant les produits en circuit court et labellisés 

3/ Créer une carte courte, inclusive et lisible

  • Moins de choix = moins de gaspillage et plus de fraîcheur 
  •  Rendre visible les allergènes
  •  Prévoir au moins une option végétarienne et une option vegan
Source : Etiquettable

L’article est à retrouver en intégralité sur L’eau à la bouche, le guide des restaurants écoresponsables.

Magnà : Naples en un tour de main

« À tous les mordus de pizza et amateurs de lèche-doigts : vive le Roi Magnà ! Ce comptoir jaune et bleu de la rue Notre-Dame de Lorette met la street food napolitaine sur le devant de la scène. Margherita, Nonna, Antica Mortadella : si la base est classique, c’est la forme qui détonne. La spécialité de la maison ? La “pizza a portafoglio”, dont le pliage en portefeuille est une manière aussi antique que pratique de déguster cette star de la cuisine Italienne. À emporter, sur le pouce ou dans son canapé, toutes les occasions sont bonnes pour s’essayer à la pizza pliée qui ne fait pas mal au porte-monnaie. »

Article à retrouver en intégralité sur le site d’Ecotable, un label qui identifie et valorise les restaurants écoresponsables à partir d’un cahier des charges précis et selon trois niveaux d’engagement. Il permet à toutes et tous de choisir des restaurants aux pratiques environnementales vertueuses. 

Photographie : Arthur Crestani

Umami : Traiteur riche en saveurs

« Installé dans une ancienne boucherie du village Limousin de Salon-la-Tour, Umami est un traiteur qui ne manque ni de cœur, ni de saveur. Bouillon asiatique garni de légumes et tagliatelles, tajine d’agneau bio du voisin éleveur ou tartelette bourdaloue : le menu est imaginé comme un puzzle par la fondatrice Enora Mahé, en fonction de ce que la nature lui donne, et de ce que les clients lui réclament. Parmi sa clientèle ? Des particuliers gourmets, mais aussi des artistes ou musiciens en résidence, ayant souvent des demandes pointues. Pour Enora, c’est de cette contrainte que naît la créativité. Généreuse et pleine de ressources, elle se plaît à imaginer des recettes sur-mesure, adaptées à chacun.e. »

Article à retrouver en intégralité sur le site d’Ecotable, un label qui identifie et valorise les restaurants écoresponsables à partir d’un cahier des charges précis et selon trois niveaux d’engagement. Il permet à toutes et tous de choisir des restaurants aux pratiques environnementales vertueuses. 

Photographie : Emmanuelle Mayer

Potager du Nebbio : îlot de beauté

Reportage à retrouver en intégralité sur Oui ! le Magazine de La Ruche qui dit Oui

Pour suivre les aventures du Potager du Nebbio sur Instagram, c’est par là
Pour les chanceux.ses insulaires qui peuvent commander leur produits, c’est ici
Pour celles et ceux qui souhaitent mettre les pieds sous la table à la ferme, c’est par là.