Autour du poireau

En dehors des traditionnelles soupes aux poireaux ou poireaux-vinaigrette, on peut évidemment décliner ce légume annonciateur de l’hiver de bien des manières. Ici, je l’ai cuisiné en deux petites recettes simples: en risotto de millet et en fondue.

DSC_0065

‘Milletsotto’ aux poireaux : le risotto de millet 

– 2 verres de millet (ou de riz pour rester classique, ou de n’importe quel mélange de céréales)
– 3,5 verres d’eau (avec 1/2 bouillon cube bio de légumes)
– 2 petits poireaux
– 0,5 verre de vin blanc sec
– 0,25 verre de crème fraîche légère
– un peu de parmesan râpé

Préparez les poireaux: sans couper la queue, taillez les en deux dans le sens de la longueur, puis passez les sous l’eau pour les nettoyer. Émincez-les ensuite dans la largeur, en petits tronçons.
Faites chauffer l’eau dans une casserole et laissez-y fondre le bouillon cube, puis réservez.
Faites fondre une bonne noisette de beurre dans une grande casserole ou un wok, et versez-y le millet. Enrobez-le dans le beurre jusqu’à ce qu’il devienne légèrement translucide, sans laisser colorer. Versez ensuite l’équivalent d’un verre de bouillon et laissez le millet l’absorber. Ajoutez les poireaux émincez, mélangez, puis versez un deuxième verre de bouillon. Laissez absorber une nouvelle fois. Enfin, versez le reste de l’eau, laissez encore quelques minutes, puis ajoutez le vin blanc, la crème et le parmesan. Assaisonnez en sel et en poivre à votre goût. Goûtez, et si à ce stade le millet vous paraît encore croquant, ajoutez une mesure d’eau et laissez absorber, en renouvelant l’opération jusqu’à ce qu’il soit tendre.

DSC_0184

Fondue de poireaux, émincé de dinde aux champignons et à la moutarde à l’ancienne

Une fois n’est pas coutume, je vous propose une recette avec un peu de viande.. Mais bien sûr, la fondue de poireaux est un accompagnement qui peut être servi avec n’importe quel type de plat!

Pour la fondue de poireaux
– 2 poireaux
– 1/2 brique de crème fraîche légère
Pour la dinde
– 1 beau filet de dinde
– l’autre moitié de la brique de crème
– une poignée de beaux champignons de paris
– une cuillère à soupe de moutarde à l’ancienne

Même technique que pour l’autre recette pour parer les poireaux: sans couper la queue, taillez les en deux dans le sens de la longueur, puis passez les sous l’eau pour les nettoyer. Émincez-les ensuite dans la largeur, en petits tronçons.
Faites fondre une noisette de beurre au fond d’une casserole et ajoutez les poireaux. Mélangez puis ajoutez de l’eau à hauteur. Oubliez les à feu doux pendant au moins 10 minutes.

¨Pendant ce temps, émincez le filet de dinde en morceaux, et faites de même pour les champignons. Faites les revenir dans une poêle chaude antiadhésive pendant 3 minutes, puis baissez le feu. Ajoutez en fin de cuisson la crème et la moutarde, et rectifiez l’assaisonnement en sel et en poivre.

Vérifiez la cuisson des poireaux: ils doivent être fondants mais pas non plus totalement délités. S’ils sont bien cuits, ajoutez la crème, salez et poivrez, et servez bien chaud!

Encore un panier

Cette semaine, un panier à la croisée de l’été et de l’hiver, exactement comme le ciel de Paris ces derniers jours… Dans tous les cas, toujours plein de couleurs et de vitamines au programme.

Cette semaine, keskonmange alors?

Dans mon panier il y a…

– Des poireaux
– De la salade
– Des pommes de terre
– Des petits poivrons verts
– Des betteraves
– Des champignons
– Des pommes
– Des poires

DSC_0170

Pas d’idée pour utiliser la betterave? Combinée avec la salade (et pourquoi pas les champignons aussi?), elle est délicieuse dans la recette de rouleaux de printemps improvisés que j’avais publiée il y a quelques temps.
Sinon, Patrick m’a donné une très bonne idée pour accommoder les petits poivrons rescapés de l’été: crus et farcis d’un mélange de fromage de chèvre frais et de petites herbes.
Bon ap’ et bonne semaine!

DSC_0176

Le panier de la semaine

Après une petite semaine de vacances, l’accro aux légumes bios de Patrick que je suis commençait à dépérir.. La seule bonne nouvelle qu’apporte la rentrée, c’est donc le retour des paniers encore bien chargés et colorés de Sciences Potiron!

Cette semaine, keskonmange alors?

Dans mon panier il y a…

– De la mâche
– Un chou
– Une courge spaghetti
– Des tomates
– Des carottes
– Des pommes
– Des poires

DSC_0156

Si vous ne connaissez pas cette merveille qu’est la courge spaghetti, sachez qu’elle s’appelle comme ceci car sa chair a la particularité de former à la cuisson des filaments semblables aux fameuses pâtes italiennes. Il suffit de cuire la courge coupée en deux dans la longueur au four jusqu’à ce qu’elle soit tendre, et de gratter sa chair à la fourchette pour former les spaghettis. Ensuite, elle s’accommode avec toutes sortes de sauces et de fromages, tout comme les pâtes!

Simple et bon en 4 ingrédients

Pas besoin de mille ingrédients, épices improbables ou condiments exotiques pour cuisiner bon! L’essentiel peut parfois être résumé en quatre ingrédients. Le secret, c’est que le produit de base soit d’excellente qualité. Et avec les légumes bios de Patrick, on peut en être sûr!

Chou rave râpé en salade, fêta, basilic et vinaigre balsamiqueDSC_0824

Lavez et rapez le chou rave. Ajoutez des dés de fêta, des feuilles de basilic, et assaisonnez de sel, poivre et d’un trait de vinaigre balsamique.

Salade de concombre, crème, menthe et coriandre
DSC_0687

Lavez et coupez le concombre. Hachez une poignée de menthe et de coriandre fraîches. Versez un peu de crème fraîche légère, les herbes et un peu de sel et de poivre sur les concombres.

Velouté de courgette à la menthe et au fromage frais
DSC_0916

Découpez les courgettes en morceaux et faites les revenir avec une gousse d’ail dans une grande casserole. Ajoutez de l’eau à hauteur. Émiettez la moitié d’un bouillon cube de légumes (bio) et laissez cuire dix minutes. Mixez et ajoutez une poignée de feuilles de menthe, deux cuillères à soupe de fromage frais (ou lait de coco), du sel et du poivre. Dégustez chaud ou froid.

Spaghettis sauce tomate au basilic et aux oignons
DSC_0693

Faîtes cuire vos pâtes normalement. Pendant ce temps, émincez un oignon et deux tomates et faîtes revenir cinq minutes à feu moyen. Ajoutez du basilic ciselé en fin de cuisson, et dégustez avec les pâtes.

Haricots verts, roquefort et noix
DSC_0819

Avec des haricots verts de cette qualité, les manger autrement que nature ou presque serait un délit! Ici, après les avoir cuit à la vapeur pour une petite dizaine de minutes pour qu’ils soient al dente, je les ai accommodés avec quelques cerneaux de noix et morceaux de roquefort.

Champignons au roquefort
DSC_0952

Ultrasimple pour l’apéro: Rincez les champignons de Paris, enlevez le pied et garnissez les de roquefort (marche aussi avec un autre fromage ou avec du boursin!). Enfournez à 180° pour une bonne dizaine de minutes.

Brioche perdue
DSC_0839

Recette anti gaspillage par excellence, le pain perdu et son extension en brioche perdue est un grand classique. Il suffit de tremper du pain ou de la brioche sèche ou rassie dans un mélange composé d’un oeuf battu et de lait. Puis passez les tartines dans une assiette remplie de sucre, et faites dorer dans une poêle chaude avec du beurre pendant 2 minutes de chaque côté.

La courge butternut de A à Z

Aujourd’hui, des idées de recettes pour utiliser la courge butternut toute entière. Aucun gaspillage, et de bons plats à base de courge pour toute la semaine! Même si la butternut se prête particulièrement à ces recettes, tout type de courge peut faire l’affaire.

Au programme: on part de la technique de base de découpe puis de cuisson pour terminer sur un plat « muito chique » de quenelles de courge, en passant par des gnocchis et des petites idées de grignotage 100% courge.

1. Au commencement, était la courge rôtie…

DSC_0083

– 1 courge butternut
– 3 gousses d’ail
– huile d’olive

Lavez puis pelez la courge à l’aide d’un bon couteau économe, et réservez à part les épluchures. Évidez-là et gardez les graines. Coupez la chair en morceaux et étalez les sur une plaque de cuisson recouverte de papier cuisson ou de papier aluminium. Ajoutez les gousses d’ail entières et arrosez d’un filet d’huile d’olive.
Mettre dans un four chaud (200°) pour 40 minutes.
Vous pouvez aussi la cuire à l’eau, mais le résultat est un peu moins goûteux.

2. Deuxième étape: les gnocchis de courge, sauce aux herbes 

 Après mon traumatisme lié à mon foirage monumental lors de la réalisation de mes premiers gnocchis, je n’avais plus jamais osé tenter l’expérience. Merci à ma soeur Pauline de m’avoir aidé à surmonter mon angoisse existentielle pour réaliser ces excellents gnocchis miam miam +++.

DSC_0094

– La chair rôtie de votre courge butternut
– 1 oeuf battu
– 150g de parmesan râpé
– 6 cuillères à soupe de farine + une bonne dose pour fariner le plan de travail
– Une petite brique de crème fraîche légère
– Quelques feuilles de sauge
– Quelques brin de ciboulette

A ce stade de transformation de votre courge, il vous faut faire un choix: Soit vous transformez toute votre courge rôtie en purée, et vous pourrez faire beaucoup de gnocchis (vraiment beaucoup!). Soit vous gardez un peu de purée de côté, et vous pourrez faire la recette de quenelles de courge de la fin de l’article. Soit vous gardez un peu de courge rôtie pour manger tel quel comme accompagnement. Moi, j’ai choisi la deuxième option!

A l’aide d’un presse purée, écrasez la courge rôtie, salez et poivrez. Mélangez avec l’oeuf, le parmesan et la farine. Farinez très généreusement votre plan de travail. Façonnez-y des boudins de pâte de 2 ou 3 cm d’épaisseur, puis coupez-le en tronçons de 2cm pour former vos gnocchis. Aplatissez-les légèrement à la fourchette.

Portez à ébullition une grande casserole d’eau salée, et plongez-y une partie des gnocchis. Dès qu’ils commencent à remonter à la surface, attendez encore quelques secondes et égouttez-les à l’aide d’une écumoire. Réservez au chaud et cuisez ainsi tous les gnocchis au fur et à mesure.

Préparer en même temps rapidement la sauce, en faisant chauffer à feu doux la crème, et en ajoutant la ciboulette ciselée, les feuilles de sauge, du sel et du poivre. Retirez les feuilles de sauge quand la crème est bien chaude et parfumée, et nappez les gnocchis de cette sauce.  Dégustez bien chaud!

3. La courge à croquer 

DSC_0113

Tout est bon dans la butternut! On récupère ce que l’on jette habituellement, les graines et les épluchures, pour en faire des petits apéritifs croquants.

– Les graines et les épluchures de la courge
– Un peu d’huile d’olive
– Un peu de cumin en poudre, de sel et de poivre

Récupérez la peau et les graines que vous aviez mis de côté. Lavez bien les graines pour les débarrasser de tous les résidus de chair de courge. Séchez les bien avec un linge propre et étalez les sur une surface plane recouverte de papier absorbant. Laissez les sécher ainsi que les épluchures pour au moins une nuit.

 Préchauffez le four à 200°. Étalez les graines et les épluchures sur une plaque de cuisson. Mélangez l’huile d’olive, le cumin, le sel et le poivre et badigeonnez-en rapidement les graines et les épluchures.
Mettre au four une trentaine de minutes et dégustez encore chaud!
Vous pouvez les manger comme cela, ou vous en servir de condiment pour une soupe (de courge?) ou une salade.

4. Savoir accommoder les restes: quenelles de courge, parmesan et coriandre

DSC_0130

Voici une petite entrée que j’ai imaginée en voyant ce qu’il me restait de toutes ces péripéties autour de la courge. Pas de gaspillage autorisé, j’ai donc tout recyclé de cette manière!

– Un reste de purée de courge
– Un peu de crème liquide ou de lait de coco
– Quelques chips d’épluchures et de graines de courges
– Un peu de parmesan
– Quelques feuilles de coriandre

Réchauffez la purée de courge, rectifiez l’assaisonnement en sel et en poivre, et façonnez des quenelles à l’aide de deux cuillères à soupe. Disposez les sur des petites assiettes.
Ajoutez un filet de crème liquide ou de lait de coco, parsemez de parmesan râpé, de coriandre hâchée et de chips et de graines de courge.

Salade œuf poché, pommes de terre rôties, oranges et sauce roquefort-noix.

Voici encore une recette simple mais  très « gourmand-croquant »!
Idéalement, elle se déguste tout de suite après avoir été préparée, mais elle peut aussi se glisser dans une boîte pour le midi. J’adore cette manière de cuisiner les pommes de terre, simplement au four avec leur peau et un peu d’huile d’olive et de gros sel. La technique de l’œuf poché est un peu délicate mais au bout de quelques essais, on y arrive bien, et le résultat vaut le petit effort pour la cuisson. Sinon, un œuf mollet (6 minutes de cuisson après la reprise de l’ébullition) est encore plus simple et fait aussi très bien l’affaire pour cette recette.

DSC_0037

– Une salade
– 6 petites pommes de terre
– 1 orange
– 1 oeuf
– 10cl de vinaigre blanc
– 1 yaourt
– Un peu de roquefort
– Quelques cerneaux de noix

Préchauffez le four à 180°.

Lavez et séchez les pommes de terre. Placez les sans les éplucher sur une plaque allant au four, recouverte de papier sulfurisé. Arrosez d’un filet d’huile d’olive et d’une bonne pincée de gros sel. Oubliez les au four pendant au moins 30 minutes
Pendant ce temps, lavez et essorez la salade. Découpez des quartiers d’orange dans la chair à vif.
Préparez la sauce: mélangez vivement le roquefort avec le yaourt, rectifiez l’assaisonnement avec du sel et du poivre. Ajoutez les cerneaux de noix.

Dans une casserole d’eau bouillante, ajoutez le vinaigre blanc. Cassez l’oeuf dans un petit récipient. Faites un tourbillon dans l’eau vinaigrée et versez d’un coup l’oeuf au centre. Laisser cuire 2 petites minutes, pour que les blancs soient cuits et le jaune soit encore coulant. Retirez délicatement de l’eau avec une écumoire et réservez.
Vérifiez la cuisson des pommes de terre avec un couteau, il doit s’y enfoncer sans résistance, et la peau doit être bien dorée et un peu fripée.
Quand elles sont cuites, sortez les du four et coupez les en quartiers dans la longueur.

Dans un saladier ou dans une assiette, disposez la salade, puis les quartiers d’orange et de pomme de terre, coupez l’oeuf et placez le au centre, puis arrosez de sauce au roquefort.

DSC_0044

Le panier de la semaine

Cette semaine, keskonmange alors?

Dans mon panier il y a…

– Des blettes
– Un potimarron
– Des carottes
– De la mâche
– Du fenouil
– Des pommes
– Des poires

DSC_0072

Comme la courge butternut, le potimarron peut se conserver facilement plusieurs semaines! Sinon, dans ma recette de riz sauté à l’indonésienne, vous pouvez utiliser les blettes du paniers à la place du chou pak choi, ça marche très bien aussi.
Pensez à transformer vos carottes en délicieux Carrot cake, tout le monde se régale toujours avec cette recette sucrée.
Enfin, deux petites idées pour manger le fenouil, en ceviche et en quiche.

Bon appétit!

Tout doux, le chou fleur caramélisé!

Ce beau chou fleur de notre panier bio me faisait de l’œil, mais pas envie de le faire en gratin… J’ai donc déniché cette recette plutôt originale sur le blog Ricardo Cuisine, et c’est vrai que c’est une très bonne idée pour changer un peu des classiques!
Je n’ai pas utilisé les mêmes épices, et j’ai pris ce que j’avais sous la main, mais le résultat était quand même très bon. Une bonne idée très simple pour un apéro, ou pour accompagner une viande rouge.

DSC_0926

– 1 chou fleur
– 2 cuillères à thé de sucre
– 1/2 à 1 c. à thé de sel
– 6 cuillères à soupe d’huile d’olive
– 1 cuillère à thé de curry
(et un peu de poivre en grains!)

Préchauffer le four à 230 °C .

Rincer le chou fleur dans une eau vinaigrée et le tailler en petits bouquets.
Dans un bol, mélanger le sucre, le sel, le curry et l’huile d’olive. Enrober les bouquets de chou-fleur de cette préparation et déposer sur une plaque recouverte de papier cuisson.

Cuire au four pendant environ 25 minutes, jusqu’à ce que le chou-fleur soit bien cuit et doré.

Tous les légumes, au clair de lune…

…étaient en train de s’amuser (zé!)

Cette semaine, keskonmange alors? Dans mon panier il y a…

– Des poireaux
– Une salade
– Une courge butternut
– Des pommes de terre
– Des pommes
– Des poires

DSC_0019

Ces bon légumes bios annoncent un peu l’hiver… Donc à transformer d’urgence en soupes, en salades ou en gratins réconfortants!
Pas de panique si vous ne savez pas encore comment utiliser la courge, elle se conserve très bien pendant longtemps! Je publierai quelques petites idées rapidement.

DSC_0027

Carrot Cake de l’amitié

Il me restait toute une famille de petites carottes au fond de mon frigo, et comme je recevais chez moi une bande de joyeux musiciens affamés (coucou la Batuka!) le soir même, je me suis dit qu’une salade de carottes râpées ne ferait pas l’affaire…

Je me suis alors rappelée de la fameuse recette du carrot cake de mon idole Julie Andrieu que je n’avais pas encore testée. Et en effet, les proportions sont vraiment au top, le gâteau a une belle consistance, et les épices le parfument à merveille. Moi qui suis toujours dubitative quand il s’agit de « gastronomie » américaine, je dois reconnaître que pour le coup, ils sont forts ces yankees d’avoir trouvé cette superbe manière d’utiliser les carottes!

DSC_0934

– 350 grammes de carottes
– 120g de beurre mou
– 140g de sucre roux ou de cassonade
– le zeste d’1/2 orange non traitée
– 3 oeufs
– 50g de poudre d’amande
– 1/2 cuillère à café de cannelle en poudre
– 200g de farine
– 1 sachet de levure
– 100g de cerneaux de noix
– 1 cuillère à soupe d’eau de fleur d’oranger (pour parfumer, on peut aussi mettre du gingembre ou une petite cuillère à café de quatre-épices)

Pour le glaçage:
– 200g de mascarpone ou de fromage frais
– 40g de sucre glace (je n’en avais pas, j’ai remplacé par un peu de miel et ça marchait aussi)
– le jus d’1/2 orange

Préchauffez le four à 160°.
Pelez et râpez les carottes et pressez les dans un linge pour enlever au mieux l’excédent d’eau.

Mélangez le beurre mou avec le sucre, la cannelle et une pincée de sel dans un saladier. Ajoutez le zeste d’orange, les œufs un par un, les amandes en poudre, les noix, la fleur d’oranger, puis la farine et la levure.
Incorporez les carottes râpées.

Versez le mélange dans une moule à cake beurré (avec ces proportions généreuses, j’ai pu faire un  cake et 3 petits muffins individuels) et enfournez pour une petite heure.

Préparez le glaçage en mélangeant le fromage frais avec le sucre et le jus d’orange, et recouvrez généreusement le cake, après l’avoir fait refroidir. Réservez au frais avant de servir.

DSC_0976